La fin du cycle de Doha

Pour les pays en développement, suivre les principes d’une politique économique saine et mettre en place les institutions appropriées pour une économie de marché viable est une tâche très difficile. Cette colonne indique que l’achèvement du Cycle de Doha pourrait les aider à suivre au moins certains des principes d’une politique économique saine et à mettre en place certaines des institutions appropriées pour une économie de marché viable.
Les principes connexes d’une politique économique saine consistent en des politiques visant à atteindre l’efficience allocative, la stabilité macroéconomique et financière et l’inclusion sociale. L’efficacité de l’allocation requiert la protection des droits de propriété, l’application des contrats, l’état de droit, la concurrence fondée sur le marché, des incitations appropriées, la libéralisation du commerce extérieur et la libéralisation des investissements directs étrangers.
La stabilité macroéconomique et financière nécessite une monnaie saine, une surveillance prudente, la viabilité budgétaire et la viabilité des comptes courants. Enfin, l’inclusion sociale nécessite des filets de sécurité sociale et des programmes ciblés de réduction de la pauvreté. De plus, une économie de marché viable nécessite la disponibilité d’institutions appropriées, à savoir des institutions pour garantir les droits de propriété, des institutions de régulation, des institutions de stabilisation macroéconomique, des institutions d’assurance sociale et des institutions de gestion des conflits (Rodrik 2007).
Dans une économie de marché, les entrepreneurs doivent avoir un contrôle adéquat sur les rendements des actifs, et l’appropriation privée des rendements de l’accumulation est une condition essentielle pour atteindre l’efficacité allocative. Étant donné que les marchés échouent lorsque les participants adoptent un comportement frauduleux ou anticoncurrentiel, chaque économie de marché doit être supervisée par des institutions réglementaires.
La mise en place d’institutions appropriées qui garantiront une monnaie saine, une surveillance prudente, la viabilité budgétaire et la viabilité des comptes courants sont des conditions nécessaires pour parvenir à la stabilisation macroéconomique. En outre, une assurance sociale dans une économie de marché est nécessaire pour atteindre la stabilité sociale et la cohésion sociale. Enfin, pour la gestion des conflits, les économies de marché ont besoin de l’État de droit, d’un système judiciaire de haute qualité et d’une force de police efficace.
Le Cycle de Doha aidera les pays en développement
Pour les pays en développement, suivre les principes d’une politique économique saine et mettre en place les institutions appropriées pour une économie de marché viable est une tâche très difficile. Mais l’achèvement du cycle de Doha en principe peut les aider à suivre au moins certains des principes d’une politique économique saine et à mettre en place certaines des institutions appropriées pour des économies de marché qui fonctionnent.
La théorie économique souligne que les pays peuvent tirer des gains de bien-être d’un commerce plus libre et que la proposition s’applique à la fois aux biens et aux services. Bien que la libéralisation du commerce extérieur et des investissements étrangers puisse en principe conduire à des gains de bien-être, rien ne garantit que ces gains seront obtenus. Pour obtenir des gains de bien-être, le pays doit établir des autorités compétentes qui renforceront la concurrence sur le marché, garantir les droits de propriété, y compris les droits de propriété intellectuelle et industrielle, établir les institutions nécessaires à l’élimination des barrières techniques au commerce et des barrières découlant des politiques de sécurité sanitaire des aliments et sanitaires suivies par pays étrangers et établir des administrations douanières modernes. Le pays peut également manquer d’expertise et de ressources pour concevoir et mettre en œuvre la mise en place d’institutions et de politiques réglementaires appropriées pour libéraliser le commerce des services. À cet égard, une réglementation prudentielle et proconcurrentielle améliorée sera nécessaire pour tirer pleinement parti de la libéralisation des services.
Étant donné qu’il s’agit d’objectifs ambitieux, les efforts internationaux pour atteindre ces objectifs pourraient être renforcés. Un mécanisme qui pourrait aider à atteindre ces objectifs est d’encourager l’aide au commerce. En outre, l’OMC pourrait aider les pays en développement en créant une «plateforme de connaissance des services» et une «plateforme de connaissance des normes». Alors que la «  plateforme de connaissances sur les services  » rassemblerait les régulateurs sectoriels, les responsables commerciaux et les parties prenantes pour évaluer les politiques de services actuelles et identifier les réformes bénéfiques du secteur des services, la «  plateforme de connaissances sur les normes  » rassemblerait les responsables de la normalisation et de l’évaluation de la conformité, les responsables commerciaux et les parties prenantes pour: évaluer les politiques normatives actuelles et identifier les réformes bénéfiques pour l’élimination des obstacles techniques au commerce, à la sécurité alimentaire et aux politiques sanitaires et phytosanitaires dans les pays étrangers.
Le rôle fondamental de l’OMC a en fait été la mise en place d’un système commercial fondé sur des règles et fondé sur des normes généralement acceptées et respectées. Ces règles ont aidé les pays à suivre certains des principes d’une politique économique saine. L’élargissement de ces règles et disciplines politiques dans le cadre du Cycle de Doha en évacuant l’eau des consolidations tarifaires et en étendant les engagements sur les services pour couvrir un nombre beaucoup plus grand de secteurs de services pourrait aider à réduire l’incertitude politique dans le système commercial mondial et aider les pays en développement à réaliser des niveaux de croissance économique plus élevés (Hoekman 2011). D’un autre côté, pour la gestion des conflits, les économies ont besoin de l’État de droit et d’un système judiciaire de haute qualité. Ceux-ci ont été fournis dans l’économie internationale par le système de règlement des différends de l’OMC, où les différends sont jugés par un tribunal international dont les décisions sont universellement mises en œuvre.
Il convient de noter qu’un objectif central des négociations multilatérales a été d’améliorer les possibilités d’accès aux marchés et la sécurité de l’accès aux marchés des membres de l’OMC. Des recherches récentes indiquent que le tarif moyen dans l’agriculture en l’absence d’un accord de Doha serait de 14,5%, tandis que le tarif consolidé moyen serait de 40,3%. En revanche, dans le cas de l’accès aux marchés non agricoles, le tarif moyen en l’absence d’accord de Doha serait de 2,9%, tandis que le tarif consolidé moyen serait de 7,8% (Martin et Mattoo 2010). Enfin, dans le cas des services, la recherche indique que les obstacles au commerce des services restent répandus et que les obstacles aux services, tant dans les pays à revenu élevé que dans les pays en développement, sont plus élevés que ceux du commerce des marchandises.
Dans le cas de l’accès aux marchés pour les produits non agricoles, le GATT / OMC a accompli sa mission dans une large mesure. D’un autre côté, les négociations multilatérales sur l’agriculture et les services n’ont commencé qu’au cours du Cycle d’Uruguay, qui a abouti à la signature de «l’Accord sur l’agriculture» et de «l’Accord général sur le commerce des services» en 1995.
Dans le domaine de l’agriculture, les négociations de Doha ont porté principalement sur la réduction des tarifs mondiaux, la réduction du soutien interne faussant les échanges à l’agriculture, le soutien à des produits comme le coton et le sucre et la réduction des subventions à l’exportation.
Dans le cas des services, les membres de l’OMC ont adopté une approche bilatérale des négociations, en soumettant des demandes à d’autres et en répondant aux demandes contenant des offres entre 2000 et fin 2005.
Mais de grandes asymétries d’intérêts entre les membres ont entravé les progrès dans les deux domaines. En 2006, les membres de l’OMC ont lancé un effort pour compléter le processus bilatéral d’offre de demande par une approche plurilatérale ou collective ». Cela impliquait des sous-groupes de membres de l’OMC cherchant à se mettre d’accord sur un ensemble minimum commun »d’engagements politiques pour un secteur donné. Mais même avec la nouvelle approche, peu de progrès ont pu être réalisés jusqu’à présent.

Un sommet pour sauver le Venezuela

Le Venezuela était une monoculture pétrolière. Ses revenus d’exportation ont été dépensés en grande partie pour l’importation de produits alimentaires et d’autres nécessités qu’il aurait pu produire chez lui. Son commerce était principalement avec les États-Unis. Malgré sa richesse pétrolière, il a donc accumulé de la dette extérieure. Dès le départ, les compagnies pétrolières américaines […]

Mon tour en hélicoptère au dessus de Londres

J’ai récemment voyagé à Londres pour le travail, où j’ai eu l’opportunité de vivre une excellente expérience. J’ai fait un vol en hélicoptère au-dessus du centre de Londres, ce qui était mystique. J’ai survolé l’Est de Londres, une partie récemment développée de la capitale anglaise. L’East End est une section traditionnelle du centre de Londres, […]

Quand on dort trop

la maladie du repos est une maladie provoquée par une infection par le protozoaire flagellé Trypanosoma brucei gambiense ou la sous-espèce soigneusement apparentée T. brucei rhodesiense, transmise par la mouche tsé-tsé (genre Glossina). Les problèmes de santé au repos se caractérisent par deux phases de la maladie. Au cours de la première étape, les personnes […]

De l’ascendant du marketing par internet

Le marketing a d’abord été défini comme un ensemble de routines mises en œuvre par une organisation – l’entreprise par exemple – pour identifier ou prévoir, puis satisfaire, les besoins et les désirs des consommateurs, avec le développement et l’exécution sur le marché de produits ou services qui valent ces clients verrons (E. Jerome McCarthy […]

Ecosse: un symposium stratégique

La ville d’Edimbourg a préparé une réunion internationale pour attirer des investisseurs et des organisations. L’objectif est d’améliorer l’exposition de l’Écosse, qui est un endroit extrêmement accrocheur. Édimbourg, capitale de l’Écosse, située dans le sud-est de l’Écosse, avec son centre près de la rive sud du Firth of Forth, un bras en mer du Nord […]

Redynamiser les programmes de changement

Le directeur financier d’une entreprise de produits de consommation était frustré. Il avait fait campagne avec acharnement pour convaincre son PDG qu’il pouvait aider l’entreprise à améliorer ses performances et à construire un avenir meilleur si elle investissait dans la transformation de la fonction financière d’un mécanisme de reporting en un conseiller stratégique en affaires. […]

Drones aériens: pour surveiller et attaquer

Les voitures aériennes sans pilote (UAV), une catégorie d’avions semblable aux conceptions à commande stéréo et aux missiles de croisière de vacances, sont devenues des éléments importants de la reconnaissance des services militaires. Portant des dispositifs de sécurité, ils sont conçus pour prendre leur envol en raison de leur longueur à très haute altitude ou […]